La Banque centrale accorde une licence d’établissement de paiement au courtage cryptographique

Ce jeudi 15, la Banque centrale a accordé une licence au courtage de crypto-monnaie Crypto.com pour opérer au Brésil en tant qu’établissement de paiement. Grâce à cette mesure, l’entreprise pourra offrir des services de portefeuille fiduciaire, tels que l’achat et la vente de ressources.

L’information a été divulguée par l’échange lui-même. Actuellement, elle propose déjà à ses clients une carte développée en partenariat avec Visa, qui a été mise à disposition au Brésil en 2021 et permet d’effectuer des achats en monnaies réelles ou en crypto-monnaies.

  • Combien de temps arrêterez-vous d’investir dans la crypto ? Ouvrez votre compte Mynt et explorez de nouvelles façons d’investir sans crainte. Cliquez ici pour déverrouiller votre monde crypto.

La société a classé la concession de la Banque centrale comme « l’étape réglementaire la plus récente » qu’elle a réussi à obtenir. Jusqu’à présent, Crypto.com n’a pas annoncé si et de quelle manière il avait l’intention d’utiliser la licence de nouvelles manières.

« Le Brésil et l’ensemble du marché latino-américain sont des régions importantes dans la poursuite de notre vision de la crypto-monnaie dans tous les portefeuilles », a évalué le PDG du courtage de crypto-monnaie, Kris Marszalek.

Selon le directeur général et responsable juridique de Crypto.com pour l’Amérique latine, la concession de la Banque centrale est une « étape passionnante » dans la croissance de l’entreprise au Brésil. Il a également déclaré qu' »il y a beaucoup plus à venir ».

L’autarcie brésilienne définit un établissement de paiement comme une « institution non financière qui effectue des services de paiement pour le compte de tiers ». Ces organisations sont divisées en types tels que l’émetteur et l’acquéreur de monnaie électronique.

« Les établissements de paiement permettent aux citoyens d’effectuer des paiements indépendamment des relations avec les banques et autres institutions financières. Avec des ressources financières mobiles, par exemple, via une carte prépayée ou un téléphone portable, l’utilisateur peut transporter des valeurs et effectuer des transactions sans avoir de monnaie en espèces », explique la Banque centrale.

L’autarcie informe également que « les établissements de paiement ne sont pas des établissements financiers, ils ne peuvent donc pas exercer des activités exclusives à ces établissements, telles que des prêts et des financements. Même ainsi, ils sont soumis au contrôle de la Banque centrale ».

: | | | |

Publié le
Catégorisé comme internet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.